top of page
  • Eleonora Voltolina

Connaître, promouvoir et protéger notre fertilité: la passion d’une vie pour Karin Hammarberg

Environ une personne sur six en âge de procréer dans le monde souffre d’infertilité au cours de sa vie. Dans cet épisode du podcast The Why Wait Agenda, nous discutons des principales causes de l'infertilité – une maladie du système reproducteur définie par l'échec d'une grossesse après 12 mois de rapports sexuels réguliers non protégés – d'un point de vue médical et social avec Karin Hammarberg, experte australienne en fertilité et Senior Research Fellow à l'Université Monash de Melbourne.


« L'infertilité, qu'elle soit primaire ou secondaire, est assez dévastatrice », déclare Hammarberg, qui est infirmière autorisée avec 20 ans d'expérience en tant que coordinatrice clinique de programmes de FIV : « Parfois, les personnes souffrant d'infertilité secondaire se sentent coupables de vouloir avoir un autre enfant, quand les gens pourraient leur dire "eh bien, tu as de la chance, tu as déjà un enfant – ou deux enfants". Mais si vous aviez un espoir d'avoir deux ou trois enfants et que vous n'en avez qu'un, le chagrin que vous ressentez est assez profond, et je ne suis pas sûr qu'il soit même utile d'essayer de comparer les deux ».

Comme l'avait déjà déclaré Hammerberg dans un article publié par Why Wait Agenda sur les grossesses tardives dans les séries télévisées – « Mères à plus de 40 ans, ça semble facile à la télévision, mais dans la réalité ? » – les chances de grossesse sont plus faibles chez les femmes à partir de la fin de la trentaine. «L'infertilité a de nombreuses causes, mais une cause souvent sous-estimée est ce que nous appelons l'infertilité liée à l'âge», souligne Hammarberg: « Parce que l'âge de la femme affecte réellement les chances de concevoir et d'avoir une grossesse, une fois qu'on atteint 40 ans, cela devient vraiment assez difficile. Beaucoup de femmes se présentent dans les cliniques d'infertilité dans la quarantaine et veulent savoir pourquoi elles ne conçoivent pas: tous les tests révèlent qu'il n'y a pas de blocages [dans les ovaires], qu'elles ont leurs règles et qu'il n'y a pas d'autre cause d'infertilité. C’est ce qu’on appelle souvent une "infertilité inexpliquée". Mais en fait, il faudrait dire qu'il y a une explication, et l'explication est que l'âge a réduit leur capacité à concevoir. C'est malheureusement une cause de plus en plus courante ».


Le conseil de Hammarberg serait d'avoir des enfants dans la décennie entre les vingt-cinq et les trente-cinq ans: « Planifier des enfants plus tard dans la vie n'est pas une bonne idée, car cela comporte des risques. Les risques physiques, bien sûr : pour une femme dans la quarantaine, les risques sont plus importants, et les risques pour les bébés aussi. Mais aussi le fait que vous savez que vous allez jouer avec l'enfant, vous lever 90 fois la nuit... il y a beaucoup de travail à faire quand on a un enfant! On est mieux armé pour le faire lorsqu'on est une personne plus jeune que lorsqu'on est plus âgée ».

Hammerberg ne pense pas que les gens en savent suffisamment sur l'infertilité, ni sur la fertilité d'ailleurs. C'est pourquoi sa « forte passion dans la vie » est de travailler sur « ce que les gens peuvent faire pour réellement promouvoir leur propre fertilité, la protéger, et s'assurer qu'ils se donnent les meilleures chances de concevoir sans devoir faire recours à des traitements contre l'infertilité ». Et c'est précisément ce qu'elle fait en collaborant avec le site web Yourfertility, un programme national d'éducation en matière de santé publique géré par la Fertility Coalition et financé par le ministère de la Santé du gouvernement australien et le ministère de la Santé du gouvernement de Victoria.


«Souvent, l'infertilité est présumée être un problème de femme, mais en réalité, un cas d'infertilité sur trois est dû à un facteur masculin» Hammarberg, qui est également vice-président de l'Ifei, l'Initiative internationale pour l'éducation à la fertilité – récemment rebaptisée International Reproductive Health Education Collaboration – et membre du comité scientifique de la European Fertility Society, précise: « J'espère qu'avec de plus en plus de plaidoyer, d'information et de sensibilisation, nous pourrons atteindre un point où tout le monde comprendra que ce n'est la faute de personne. C'est parfois simplement une question de biologie, parfois une maladie, mais ce n'est pas une responsabilité personnelle – et personne ne devrait en être blâmé ou honteux ».

Comments


ensemble

nous pouvons faire la diffÉrence

et changer

les choses.

Permettez-nous d'entrer

en contact avec vous.

Inscrivez-vous à notre mailing-list!

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • LinkedIn
  • TikTok
bottom of page