top of page
  • Eleonora Voltolina

La médecine de la reproduction ne bat pas la biologie: The Why Wait Agenda rencontre Jessica Hepburn

Devenir parent est avant tout une décision à prendre. Un choix. Mais que se passe-t-il quand dans notre esprit et dans notre cœur nous voulons un enfant, mais notre corps... ne coopère pas? En matière de fertilité, vouloir ne suffit pas, choisir ne suffit pas : seulement 85% des couples qui ont des relations sexuelles régulières sans prendre de précautions parviennent à concevoir naturellement en un an. Pas moins de 25 millions de personnes sont touchées par l'infertilité dans la seule Union européenne.


L'invitée de cet épisode est Jessica Hepburn, auteur du livre autobiographique "The Pursuit of Motherhood" ("La poursuite de la maternité") et "21 Miles: swimming in search of the meaning of motherhood" ("21 miles: nager à la recherche du sens de la maternité"). Ses livres - malheureusement pas disponibles en français - se concentrent sur la nécessité de commencer à parler ouvertement de la stigmatisation de l'infertilité et de quand la fécondation in vitro ne fonctionne pas: Hepburn a une expérience directe de ça, ayant fait de nombreuses tentatives de fécondation assistée, des fausses couches et même une grossesse extra-utérine.

Il n'y a pas eu de happy end pour Jessica Hepburn: c'est pourquoi sa voix est différente, peut-être moins édulcorée que de ceux qui parlent habituellement de fertilité en public, mais honnête. Jessica Hepburn représente en quelque sorte tous ceux qui n'ont pas réussi et ne vont pas réussir à concevoir, même avec toute l'aide médicale disponible aujourd'hui. Et elle est la preuve vivante qu'on peut surmonter l'obstacle de l'infertilité non seulement de la manière la plus évidente - en ayant un bébé - mais aussi en trouvant d'autres moyens de combler ce vide.


Hepburn est maintenant une militante et une ambassadrice de la fertilité: l'un de ses objectifs est d'améliorer l'éducation à la fertilité au Royaume-Uni. "Pour le moment, la médecine reproductive n'a pas été en mesure de battre la biologie", déclare-t-il à The Why Wait Agenda: "Cela pourrait être là dans le futur, mais la chose la plus important est que les jeunes comprennent que nous n'en sommes pas encore là” .


Hepburn se bat également pour le droit des jeunes d'être informés avec précision sur les faits et les nuances de la fertilité. Surtout pour les femmes, il est crucial de savoir que 30-35 ans (l'âge le plus courant auquel les femmes donnent naissance à leur premier enfant dans les pays économiquement avancés) n'est pas "le meilleur moment du point de vue biologique" pour commencer les tentatives de conception: "Je ne pense pas qu'il y ait un médecin au monde qui dirait que tomber enceinte dans la trentaine est biologiquement le meilleur moment: non, ce n'est pas le cas".


Au fil des ans, Jessica Hepburn a été administratrice de l'association Fertility Network UK; conseillère des patients au sein de la HFEA, l'organisme indépendant qui réglemente les traitements de fertilité au Royaume-Uni; et elle a fait partie de la Fertility Education Initiative. Dans cet épisode du podcast, elle discute avec Eleonora Voltolina, fondatrice de The Why Wait Agenda, de l'énorme effet de l'infertilité sur les relations, des difficultés du sexe après une tentative ratée de procréation assistée, du secret et de la honte encore trop souvent vécus par ceux qui souffrent d'infertilité, et de l'urgence de sensibiliser les gens à ces sujets.

Comments


ensemble

nous pouvons faire la diffÉrence

et changer

les choses.

Permettez-nous d'entrer

en contact avec vous.

Inscrivez-vous à notre mailing-list!

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • LinkedIn
  • TikTok
bottom of page